01/10/2021

Manger du Sens

SUR SA NOUVELLE PLATEFORME, CARREFOUR PROPOSE DES "SHOPPERS" POUR FAIRE LES COURSES A LA PLACE DES CLIENTS

Par Jean Gaboriau - Le Figaro
  • marketplace
  • shoppers
  • livraison à domicile
  • commande en ligne
  • plateforme digitale
  • nouveaux services
  • ok market !

Ok Market ! a été lancée à Lyon et Paris le 20 septembre dans quatre magasins tests.

Des «shoppers» pour faire les courses à votre place en magasin : c'est le concept proposé par la nouvelle plateforme Ok Market ! lancée le 20 septembre par Carrefour. Sur l'application, les clients choisissent d'abord les produits de leur panier de courses, depuis leur canapé. Ils peuvent aussi mentionner des préférences pour chaque produit acheté comme la cuisson pour les baguettes, la maturité pour les fruits ou encore le moelleux pour le fromage. Ensuite, un «shopper» se charge de constituer le colis en magasin. Une fois finalisée, la commande est transmise à un livreur qui l'apporte à domicile en vélo électrique. Délai de livraison annoncée par l'enseigne : 3 heures maximum.

Des plateformes de ce type existent déjà aux États-Unis, où Instacart connaît par exemple une croissance fulgurante grâce à ses «shoppers», mais pour la France c'est une grande première. «L'offre se base sur trois attentes des consommateurs : la possibilité d'avoir accès à des produits frais en livraison, des délais de livraison toujours plus serrés, et l'accès à un service personnalisé» explique Élodie Perthuisot Directrice exécutive e-commerce et transformation digitale du groupe Carrefour, au Figaro.

Sur la plateforme, des produits frais à la coupe (boulangerie, boucherie, poissonnerie, fromagerie, etc.) sont ainsi disponibles, ce qui n'est pas le cas pour la livraison classique. Les clients peuvent aussi préciser leurs préférences et contacter directement le «shopper», pour lui signaler un oubli ou valider des produits de substitution en cas d'indisponibilité d'une référence. Pour l'instant, le prix de cette livraison personnalisée est fixé à 6€90. De quoi ravir les éternels pressés pour lesquels faire ses courses est une perte de temps, ou ceux que la flemme du dimanche soir a envahi.

Rassembler tous les commerçants du quartier sur une même marketplace

En France, le service est d'abord testé dans trois magasins parisiens et un magasin lyonnais, mais il a déjà fait ses preuves en Roumanie où il représente 46% du marché e-commerce, selon un communiqué du groupe. La plateforme a aussi été rendue disponible dans quatre villes belges et à Buenos Aires en Argentine.

À terme, Carrefour espère pouvoir faire de son application une marketplace recensant tous les commerçants du quartier. Les «shoppers» pourraient alors passer chez le fleuriste ou le caviste en plus de faire vos courses au supermarché. Fini donc, les allers-retours entre les commerçants du quartier : l'avenir du panier de courses se trouve sur les smartphones. En Roumanie, l'application est déjà connectée à plus de 2500 magasins dont «350 pharmacies, des fleuristes, des cavistes ou des magasins de jouets» explique le groupe.

La livraison rapide de courses attise les appétits

Si l'enseigne française assure le développement de la plateforme en interne, elle fait appel à deux partenaires pour mener à bien la logistique. Ce sont donc des salariés de Stuart et Cogepart, entreprises spécialisées dans la livraison, qui s'occuperont de préparer les commandes et de les livrer. Les «shoppers» sont a priori des salariés mais «c'est à Stuart et Cogepart de s'occuper de la gestion de leurs ressources humaines», explique Élodie Perthuisot. Le service est donc moins ubérisé que celui d'Instacart aux États-Unis, mais rien ne garantit qu'il le reste.

Alors que la bataille de la livraison des courses à domicile fait rage dans les grandes villes, cette plateforme est l'occasion pour Carrefour de couper l'herbe sous le pied des applications de livraison. Le groupe français avait déjà marqué son intérêt pour la livraison rapide en investissant dans Cajoo, et en proposant à la start-up un accès à sa centrale d'achat. Ok Market ! marque cependant un nouveau positionnement. Pour Élodie Perthuisot, «le quick commerce pour des courses de dépannage et le personnal shopping sont deux segments différents». L'enseigne entend en effet démocratiser, grâce à sa plateforme, la livraison rapide de courses hebdomadaires, avec un panier moyen aux alentours de 80 euros. «Aujourd'hui c'est la course à celui qui arrivera à trouver la bonne formule pour les clients» résume la directrice e-commerce de Carrefour. Reste à savoir si les consommateurs français se montreront friands de ces services à la carte. 

Source : Le Figaro

Retour à l'entité